Ménisque discoïde

Il s’agit d’une malformation congénitale de l’enfant, c’est à dire que celui-ci présente l’anomalie dès sa naissance. Au lieu d’avoir une forme normale de « croissant », le ménisque présente une forme de « disque », d’où le terme « discoïde ». De ce fait, il se retrouve « coincé », écrasé, entre le fémur et le tibia. Cela pourra potentiellement induire l’apparition d’une lésion, d’une « désinsertion », au sein de ce ménisque qui nécessitera alors une prise en charge chirurgicale.

Il existe différentes formes de ménisque discoïde, plus l’anomalie est sévère plus les symptômes apparaîtront tôt chez l’enfant. A l’inverse, il existe des forme modérées qui ne se manifesteront qu’à l’adolescence ou chez l’adulte jeunes et il existe des formes « minimes » qui n’induiront aucun symptômes et qu’il ne faut pas opérer.

Il arrive régulièrement qu’un ménisque discoïde non symptomatique soit découvert sur une IRM du genou pour une autre raison. Si ce ménisque présente une anomalie modérée et qu’il n’est pas déchiré c’est qu’il n’est pas responsable des symptômes du patient et il ne faut pas intervenir. Ne sont opérés que les ménisques discoïdes symptomatiques.

 

En savoir plus

Sommaire

Ménisque discoïde Description de la pathologie

 

 

2 ménisques sont présents dans le genou: le ménisque interne, entre le condyle interne du fémur et le plateau interne du tibia, et le ménisque externe entre le condyle fémoral externe et le plateau tibia externe.

 

 

 

 

 

Le ménisque discoïde est une malformation congénitale qui concerne dans plus de 95% des cas l

e ménisque externe. Ce ménisque discoïde peut être plus ou moins complet et plus ou moins épais en fonction des cas. Plus il sera épais, plus il subira des forces de cisaillement entre le fémur et le tibia et plus les symptômes liés à une déchirure de ce ménisque seront précoces.

L’anomalie peut être bilatérale dans 5 à 10% des cas (jusqu’ à 20% des cas dans la population asiatique).

 

 

 

 

 

Lorsqu’une lésion apparait dans le ménisque, elle se fait en général dans la partie périphérique du ménisque, c’est à dire dans une zone importante du ménisque (celle qui amortit les appuis et protège le genou).  La lésion peut se faire dans différents plans en fonction des cas mais elle se fait le plus souvent vers l’avant. Cette lésion peut induire différents symptômes plus ou moins associés détaillés plus bas.

 

 

 

 

Un ménisque discoïde qui ne présente pas de déchirure n’est responsable d’aucun symptôme.

 

Ménisque discoïde Diagnostic clinique & examen

Un ménisque discoïde qui n’est pas déchiré ne donne aucun symptôme. La présence d’un des 2 symptômes suivants signent la présence d’une déchirure dans le ménisque discoïde ce qui imposera une prise en charge chirurgicale:

  • Un claquement bruyant du genou lors des mouvements de flexion extension: il s’ait d’un claquement du ménisque, encore appelé « clunk ». Il traduit une déchirure avancée du ménisque et une instabilité de celui-ci qui peut se luxer dans le milieu du genou lors des mouvements de flexion extension du genou. Ce mouvement anormal du ménisque est visible sur le genou et audible. Il est facilement reproduit à l’examen clinique.
  • difficultés à tendre complètement le genou (flessum) ou à plier le genou compètement: Cela traduit le fait que le ménisque a quitté sa place et ne revient plus: il est fixé en position luxée. Cette situation en général fait suite à une période de claquement méniscal plus ou moins longue sans que le diagnostic n’ait été fait. Le déficit de flexion est simple à mettre en évidence à l’examen clinique: en général l’enfant touche la fesse avec le talon du côté sain mais pas du côté opéré. Lorsque c’est l’extension qui fait défaut, pour bien le mettre en évidence, l’enfant est mis sur le ventre avec le genou et la jambe en dehors de la table d’examen: du côté atteint le genou se tend moins bien. Par contre un genou qui est bloqué en extension complète et qui ne bouge plus du tout n’est pas signe d’un problème méniscal. Il s’agit d’un blocage musculaire réactionnel, psychologique, en réponse le plus souvent à une chute sur le genou. (Genou traumatique, quand je dois m’inquiéter)

 

Les douleurs: il s’agit là d’un symptôme très peu spécifique. Des douleurs isolées, sans notion de claquement du genou, sans notion de gonflement associé di diminution des mobilités ne doivent pas faire penser à un ménisque discoïde en premier lieu. Les douleurs de genou mécaniques fonctionnelles sont fréquentes chez l’enfant en pleine croissance.

En cas de claquement ou d’anomalie des mobilités du genou en flexion ou en extension (flessum) ou de douleurs trainantes depuis plusieurs mois une IRM sera demandée (il n’y a pas d’urgence à la faire). L’IRM confirme le diagnostic et précise la localisation, le type et l’étendue de la lésion, ce qui permettra à votre chirurgien de planifier l’intervention chirurgicale de méniscoplastie et réparation méniscale.

Si l’IRM montre un ménisque discoïde mais sans aucune lésion, c’est que ce ménisque discoïde n’est pas responsable des douleurs éventuelles. Aucun geste ne doit être fait sur ce ménisque.

 

 

Ménisque discoïde Traitements

traitement non chirurgical

Il n’y a pas de traitement non chirurgical d’un ménisque discoïde symptomatique. Par contre, un ménisque discoïde non symptomatique découvert pas hasard sur une IRM sans lésion associée, ne nécessite aucun traitement. Aucune prévention n’est à mettre en place. Les sports sont par exemple tous autorisés, sans aucune restriction spécifique.

traitement chirurgical la « méniscoplastie – suture »

La chirurgie n’est indiquée que et uniquement si des symptômes ET une lésion à l’IRM son t présents.

 

vue en arthroscopie

 

 

La chirurgie consiste en une « méniscoplastie – suture »: il faut réparer la lésion méniscale car elle est située le plus souvent dans une zone périphérique importante du ménisque, et il faut retirer la partie « en trop » du ménisque (méniscoplastie) pour éviter la récidive. La difficluté spécifique de cette intervention et de suffisamment enlever de ménisque pour éviter la récidive et de ne pas en enlever trop pour que ce ménisque assure son rôle d’amortisseur.

L’intervention se pratique en ambulatoire et sous arthroscopie.

Pour en savoir plus : Je dois me faire opérer du ménisque

 

 

 

 

 

 

Ménisque discoïde Résultats de la prise en charge

Le ménisque cicatrise en 6 mois environ.

Passé ce délai tous les sports sont autorisés, en sachant que vélo et piscine sont possibles dès 1 mois après l’intervention.

L’intervention est efficace dans la très grande majorité des cas. Il existe un risque de récidive de lésion mais celui -ci est très faible. L’intervention permet une disparition du claquement méniscal et/ou permet de récupérer des mobilités normales.

Un rendez-vous avec Dr GEFFROY

Vous avez besoin d’une consultation ? N’hésitez pas à prendre rendez-vous en ligne !

Prendre RDV en ligne