Rupture du ligament croisé antérieur et reprise du sport

 

Une déchirure du ligament croisé antérieur (entorse grave du genou) est la blessure redoutée de beaucoup de sportifs, jeunes et moins jeunes. En effet, une chirurgie sera souvent nécessaire et surtout, il faudra patienter entre 6 et 12 mois avant de pouvoir pratiquer à nouveau son activité sportive favorite.

Cette blessure est de plus en plus fréquente, notamment dans notre région des Pays de la Loire, région la plus « sportive de France ». Cela s’explique par une augmentation du nombre de sportifs en compétition à des âges toujours plus jeunes et à des intensités toujours plus importantes.

Le ligament croisé antérieur : ça sert à quoi ?

Le ligament croisé antérieur (LCA) est un peu comme une « corde » tendue au milieu de l’articulation du genou entre le fémur et le tibia. Ce ligament présente un rôle important dans la stabilité du genou. Le terme « croisé » est lié au fait que ce ligament antérieur « croise » avec le ligament croisé postérieur, qui lui est rarement atteint dans les blessures sportives du genou.

Ainsi dire « je me suis fait LES croisés » est un abus de langage car dans la très grande majorité des cas on se déchire uniquement le ligament croisé antérieur (ce qui en soit est déjà suffisamment sérieux pour le genou).

 

Schéma Ligaments Croisés

 

Lorsque le ligament croisé antérieur est rompu, le genou est exposé aux accidents « d’instabilité », c’est à dire de « déboitement » de genou. Ce dernier survient surtout si on reprend des activités à risque (ex. sports avec pivot) mais parfois même lors de banales activités (escaliers, se retourner en marchant…). Ces instabilités, outre douloureuses, sont source d’apparition de lésions méniscales (« amortisseurs du genou ») elles-mêmes sources d’arthrose (usure) à moyen terme du genou.

 

Ligament Croisé Antérieur et Ménisque

 

Retrouver une stabilité optimale du genou sera donc capital pour limiter ce risque d’instabilité et d’usure du genou. Cela passera le plus souvent par une chirurgie à type de ligamentoplastie, notamment chez les sujets sportifs, qu’ils soient adultes ou enfants.

Quels sont les sports à risque de rupture du ligament croisé antérieur ?

En dehors de la natation, la grande majorité des sports est à risque de rupture du ligament croisé antérieur. Les sports les plus à risque sont les sports « pivots contacts », c’est à dire les sports ou l’on se retrouve à pivoter sur une jambe et où il peut y avoir un contact « non prévu » avec un adversaire :

Les sports uniquement « pivots » sont moins à risques, il s’agit des sports individuels tels que le tennis, le badminton, l’ultimate…
Pour autant, même dans notre région des Pays de la Loire, le sport le plus en cause est le ski alpin. Une torsion sur une chute même à l’arrêt peut causer une rupture du LCA si le ski ne déchausse pas.

Contrairement aux idées reçues, le traumatisme n’est pas violent le plus souvent. C’est souvent sur un simple changement de direction mal contrôlé que le genou va « tourner » et que le ligament croisé antérieur va se déchirer. Particularité pour la gymnastique, sport individuel ou l’accident est violent et survient sur une mauvaise réception, souvent à haute énergie.

En cas d’accident à forte cinétique, il n’est pas rare de trouver d’autres lésions en plus de la rupture du LCA : lésion d’un ou des 2 ménisques, déchirure du ligament interne, externe, postérieur… Bien entendu dans ces situations le pronostic fonctionnel du genou sera plus réservé.

Peut-on faire du sport avec un ligament croisé antérieur rompu ?

Une rupture du LCA ne signifie pas que le genou a perdu toute sa stabilité. En effet, la stabilité du genou est d’abord musculaire (stabilité active) et elle nécessite également un bon équilibre (sens proprioceptif). Ainsi, après une rupture du LCA une phase initiale de rééducation adaptée est mise en place : massages, drainage, récupération des mobilités dans un premier temps. Dans un second temps renforcement musculaire et travail proprioceptif. Il sera alors possible de marcher sans béquilles au bout de 2 à 4 semaines. Il sera ensuite possible de reprendre les sports en décharge : natation (en évitant la brasse) et le vélo (intérieur, extérieur). La course à pied sur terrain plat, si le genou n’est pas instable peut ensuite être reprise (au bout de 2 à 3 mois en moyenne).

La reprise d’autres sports sans chirurgie est par contre plus dangereuse et expose fortement le genou aux épisodes de lâchages (nouvelle entorse), de lésion méniscale puis d’usure du genou. Ainsi à partir du moment où une demande sportive forte et intensive est souhaitée, la chirurgie sera recommandée. Cela qui va de pair en général avec un âge relativement jeune du blessé (moins de 30-35 ans) où se pratique encore beaucoup d’activités à risque.

Les ruptures du ligament croisé antérieur chez l’enfant sont rares mais non exceptionnelles et chez qui la tolérance du genou à cette rupture. Il peut être possible de faire un traitement fonctionnel (traitement dit « conservateur ») basé sur de la rééducation qui peut leur permettre de reprendre toutes les activités sportives et différer la chirurgie en fin de croissance

Comment savoir si je dois me faire opérer du LCA ?

Les indications chirurgicales clairement définies aujourd’hui sont les suivantes :

Chez les patients sportifs, il est recommandé d’associer à la reconstruction du LCA une « plastie latérale », c’est à dire un « renfort » sur le côté du genou, pour limiter au maximum les risques de se reblesser. Ainsi, chez les patients sportifs pratiquant une activité à haut risque, le risque de se reblesser passe de 15 à 20% lorsque la chirurgie se limite à refaire uniquement le LCA, à un risque entre 5 et 10% lorsque la chirurgie y associe la réalisation d’un renfort latéral.

Chirurgie du Ligament Croisé Antérieur

Le but de la chirurgie est double :

Délais et reprise du sport après opération du ligament croisé antérieur

Les sports après chirurgie du ligament croisé intérieur sont repris progressivement en fonction de l’évolution du genou pendant la rééducation du ligament croisé antérieur.

Chez les enfants la récupération du genou est plus lente et il sera conseillé d’être un peu plus patient pour reprendre les sports.