traumatisme du genou au ski : quand s’inquiéter? quand suspecter une rupture du LCA?

Le genou est particulièrement exposé aux blessures graves lors de la pratique du ski. Même dans notre région des pays de la Loire, les sports d’hiver (le ski alpin essentiellement) sont les premiers responsables de rupture du ligament croisé antérieur (LCA). Il s’agit de la déchirure d’un ligament important pour la stabilité du genou, d’ou le terme d’entorse grave. Non diagnostiquée et mal prise en charge, une rupture du LCA peut être source d’instabilité du genou (sensation de déboîtement du genou), de lésion des ménisques et secondairement d’arthrose (usure) du genou.

Il est donc important à la fois de ne pas passer à côté du diagnostic de rupture du LCA et de faire ce diagnostic le plus rapidement possible.

 

pour en savoir plus sur le ligament croisé antérieur: rupture du LCA rupture du LCA rupture du LCA chez l’enfant

 

quels signes doivent vous faire craindre une rupture du LCA?

Plusieurs éléments doivent vous alerter:

  • mécanisme de l’accident: une sensation de torsion du genou lors d’une chute en ski. C’est en général ce qui arrive lorsque le ski ne déchausse pas au moment de la chute. Autant un choc direct du genou au sol n’est pas inquiétant, autant une torsion du genou est suspecte d’une lésion du LCA.
  • Douleur importante et sensation parfois de craquement
  • Présence d’un « gros » genou: une lésion du LCA fait saigner dans le genou, c’est une hémarthrose, ce qui induit un gonflement du genou. Tout gonflement du genou dans les suites d’une chute à ski doit faire craindre une rupture du LCA.
  • Impossibilité de remonter sur ses skis, on appelle cela une impotence fonctionnelle.

 

Quelle est la conduite à tenir?

 

  • Après une chute au ski et si le genou est gonflé, un premier bilan est réalisé à la station. Une radiographie est demandée à la recherche d’une fracture. S’il n’y a pas de fracture, votre traumatisme sera étiqueté « entorse » en sachant qu’il est difficile en aigu de faire la différence à l’examen clinique entre une « petite entorse », qui guérira toute seule, et une entorse « grave » qui correspond à une rupture du LCA. Ainsi, s’il n’y a pas de fracture, vous ressortez de la station  avec une attelle, des béquilles, un traitement antalgique et des conseils pour glacer votre genou.

 

  • L’appui est autorisé avec béquilles. Il est même conseillé d’appuyer, en déroulant bien le pas, pour petit à petit retrouver une marche correcte.

 

  • Une fois de retour dans votre région il sera important de refaire le point avec votre médecin.  si votre genou était gonflé après l’accident et si la radio était normale, une rupture du LCA doit être fortement suspectée. Ainsi, votre médecin vous orientera vers un chirurgien orthopédiste spécialiste du genou rapidement. Celui-ci réexaminera votre genou avec une expertise plus poussée et une IRM sera le plus souvent demandée rapidement. Cette IRM confirmera les doutes cliniques de rupture du LCA et permettra également de faire le point sur les ménisques. Une prise en charge spécifique, chirurgicale ou non, vous sera ensuite proposée.

LCA: techniques chirurgicale

 

  •  Une rééducation sera débutée également le plus tôt possible. L’objectif premier sera de vous permettre de bien marcher avec un bon tonus musculaire, au début avec puis sans les béquilles.Cette kinésithérapie peut être débutée avant que l’IRM soit réalisée.

 

A RETENIR: traumatisme du genou au ski en torsion + gonflement + radios normales = probable lésion du LCA!